mercredi 11 juin 2014

Les Fêtes du mois de juin !


J'ai lu récemment dans la presse que la Fête de la Musique allait devoir s'arrêter à 23h.
Il s’agit sans doute de répondre aux doléances de certains riverains de la place de l’Hôtel de Ville qui se seraient plaints préventivement  des nuisances sonores attendues. Il a fallu donner suite dans l'urgence et confrontée à un dilemme cornélien la municipalité s'y est empêtrée.

L'adjoint MECHLER, veut pourtant faire de la Fête de la Musique un "événement culturel" pour lui donner un nouvel essor. Dans un tract où son nom apparait trois fois -et ceci est assez extraordinaire- il va jusqu'à se remercier, il parle de " belle manifestation culturelle, de dynamisme, de diversification, d'endroits inhabituels, de défi, de spontanéité et même d'aventures dans les rues de la Ville" !

En réalité et au-delà des mots la nouveauté consistera à devoir aller au lit à 23 heures !

Prendre en compte la question des nuisances sonores est louable, compréhensible et légitime. Cet exemple est pourtant tout à fait révélateur d'une manière de procéder irréfléchie, superficielle en réponses factuelles à l'expression d'envies, d' intérêts, d' influences particulières ou privées, légitimes ou non, au détriment de l'intérêt collectif bien compris.
La Fête de la Musique ne concerne pas uniquement la place de l'Hôtel de Ville et la décision prise pour satisfaire (?) quelques uns l'est au détriment de tous. L'exemple emblématique de M MECHLER révèle en fait l'impossibilité pour la nouvelle équipe de prendre du recul, de la distance, de la hauteur par rapport à soi même d'abord et aux choses ensuite. Cela est préoccupant.

D’autant plus que va être installé, comme nous l’avions fait en 2010, un écran géant sur la façade de l'Hôtel de Ville pour la retransmission de la Coupe du Monde de football et que certains matchs (voir programme) commenceront à 22h. Nuisances sonores assurées pendant tout un mois après midi et soirées, et cela un jour sur deux ! Et on y a rajouté de façon inconsidérée des étapes du Tour de France cycliste !
La réalité est que pendant plus d'un mois il sera par exemple et pour le moins difficile pour les riverains de dormir les fenêtres ouvertes par temps de canicule.

La solution existait pourtant, évidente pour qui veut un peu réfléchir, voir au-delà du bout de son nez. Cela aurait été d'installer cet écran dans une enceinte sportive dédiée au football comme au stade du Heissenstein où tout est en place pour accueillir le public. C'est exactement ce que j'avais prévu de faire avec Marcel Metzger au moment où nous avons budgétairement prévu cet événement.

Encore faut-il réfléchir, se concerter entre adjoints, prendre des avis, consulter. Une question basique de culture managériale et décisionnelle. De bon sens aussi.




DR

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.