samedi 3 septembre 2016

De l’art de dire, de faire et de défaire.




C’est la rentrée. Ces quelques remarques  en guise de rentrée personnelle.

On a pu lire dans les colonnes de l’Alsace que le bilinguisme progressait dans les écoles de la ville. Je m’en réjouis et je me réjouis également de voir évoluer la position de l’adjointe qui il y a encore quelques années ne manquait pas une occasion de discréditer Bilingo. Cette manifestation pour la promotion du bilinguisme avait été, je le rappelle, mise en place sous le mandat de D WEBER. Je rappelle aussi par la même occasion que l’élargissement du bilinguisme à toutes les écoles de la ville avait été une des priorités de mon mandat. L’ouverture d’une classe bilingue au collège avait été acté en 2012 et nous n’avions pas attendu Mme DEHESTRU pour offrir à tous les enfants de maternelle la possibilité d’une scolarisation en classes bilingues.

Dans le même article on nous parle de sécurité. Je rappelle là encore que les ASVP de la ville n’ont aucune formation ni aucune acréditation pour prendre en charge des questions de sécurité. Laisser entendre le contraire c’est se moquer du monde, essayer de faire  prendre des vessies pour des lanternes en mettant le cas échéant les employés municipaux en difficulté ou en danger.

Pour ce qui concerne le « périscolaire attractif » je demande à voir. On a déjà bien vu ces derniers mois et j’espère que les choses se feront enfin pour le mieux. Ca va bien comme ça ! Curieux pourtant d’évoquer le point le jour de la rentrée.


Pour le reste, la rue Joffre a été  terminée dans une certaine précipitation et l’entrée de la rue piétonne reconsidérée. C’est une « question de goût » disait le maire il y a quelques temps dans les colonnes de l’Alsace en parlant des travaux de la rue de la République pour essayer de se dédouanner devant la chronique d’un échec prévisible.

La pauvre explication ne tient pas. 

La zone de rencontre ne fonctionne pas et en l’état elle ne fonctionnera pas, tout simplement parce que ce n’est pas une zone de rencontre ! A l’évidence la réflexion préalable a fait défaut. Dans une zone de rencontres telle qu’en parle la littérature professionnelle tout est au même niveau, tout est à plat. Ici des bacs de béton – soit dit en passant avec des plantes gourmandes en eau – et des bordures de trottoir en béton elles aussi délimitent un espace qui n’est qu’une nouvelle apparence pour une rue à voitures.
La rue de la République a perdu de la perspective, du volume. Elle a perdu son âme au bénéfice d’une réalisation de l’ordre du dessin industriel. 
C’est un plantage de premier ordre.
Et je ne parle pas ici du coût qui a déjà plus que doublé par rapport à ce qui avait été annoncé publiquement par l’élu en charge de ce « grand chantier » ! J’attends de voir quelle sera l’addition finale.

J’entends dire  que le parvis de l’Hôtel de Ville serait lui aussi refait. Encore de l’argent dépensé et qui sait des arbres arrachés. 

Sur deux points anecdotiques, je suggère de faire dégraisser de temps en temps le sol de l’espace piéton où les vendeurs de poulets et de cuisine font des dégâts les jours de marché. Et puis si on veut permettre aux visiteurs d’admirer l’Hôtel de Ville sans doute faudra-t-il éviter d’y apposer des bâches affreuses, qui plus est pour rendre compte d’une animation passée.

Là c’est bien une « question de goût » mais aussi de « suivi » des affaires. 


DR


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.