mardi 2 septembre 2014

Rentrée des classes


Je fais aujourd'hui ma première rentrée des classes en tant que papa. Il n’est jamais trop tard pour s'enrichir d'une nouvelle expérience ! Celle-là est marquante, pour moi comme pour des milliers de parents et de familles dans tout le pays. 

Une rentrée des classes c'est pour chacun, tout au fond de lui une petite musique, une petite « madeleine »  qui l'a nourri, qui l'a construit, qui lui a donné des repères. Elle participe aussi de la cohésion nationale, intimement.

 Oh des rentrées j'en ai faites ! Il y a longtemps en tant qu'élève, plus récemment en tant qu'élu. Je ne sais pas laquelle a été la plus forte. Chacune a toujours été en tous cas un temps particulier, mémorable.

Quand je faisais, en tant que maire,  la tournée des écoles de Guebwiller à chaque nouvelle rentrée j'étais toujours ému et  tendrement  amusé de voir la foule des enfants  petits, moyens, plus grands - et de leurs parents aussi d'ailleurs - visiblement émus et impatients  de nouvelles habitudes à prendre, de nouvelles rencontres à faire, de nouvelles expériences à vivre. Emus comme on peut l'être à l'orée de moments qui construisent et que l'on pressent importants.

Et puis je retrouvais aussi  les cours d'écoles, les lieux, les odeurs  tels que je les avais encore dans ma mémoire, tels que je les revoyais ou tels qu'ils avaient disparu dans la réalité des années écoulées. Avec les images fugaces de certains camarades et  les fortes statures de l'un ou l'autre instituteur marquant...

 La rentrée des classes est d'une certaine manière un rite initiatique. L'Ecole relève pour moi presque du sacré  J'ai la faiblesse de   continuer à penser ,à l'ancienne, que l'essentiel de sa mission est bien à travers les  apprentissages  dits fondamentaux de transmettre aux enfants le sens de l’évolution humaine vers un idéal de justice. « Donner aux enfants le sens du perpétuel mouvement humain » comme l'avait dit Jaurès.
La fonction de l’Ecole est une fonction émancipatrice. Elle doit être une école de l’espérance qui permette aux enfants d’ « arriver à entrevoir, au- dessus de l’ordre social présent la possibilité d’un ordre nouveau». 
L’Ecole doit faire sens.Oui l'Ecole comme notre République est idéologique. Non, elle n'est pas neutre. J'en suis intimement persuadé. Et c'est très bien ainsi pour notre pays.

La réforme des rythmes scolaires est une réforme nécessaire. Voilà au moins 50 ans qu'on en parle et qu'on sait ce qu'il en est des rythmes des enfants et de ceux de l'Ecole. Le gouvernement a le courage politique de vouloir rattraper la décision néfaste de M Darcos sur la semaine de quatre jours et surtout de vouloir aller plus loin que le seul retour au statu quo ante. D'en profiter pour avancer, pour améliorer. 

Les Maires sont normalement sollicités. Une manière pour eux d'être associés et parties prenantes, comme leurs prédécesseurs du temps de la mise en place  de l'Ecole de la République, d' une nouvelle étape forte de sa construction. Un Maire est concerné concrètement et au premier chef par les écoles de sa commune.

Je sais plus que tout autre que cette mise en place n'est pas forcément simple, mais je sais aussi que l'enjeu est de taille. Et qu'on ne vienne pas m'opposer ici des objections financières à la petite semaine. 
Oui la gratuité  pour la mise en place des rythmes scolaires est tout à fait possible pour les finances de notre ville. C'est simplement une question de volonté et de choix politiques.


 Aujourd'hui est un grand jour pour Tom, sa maman et son papa.



DR

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.