lundi 22 septembre 2014

Friches industrielles et Plan Local d'Urbanisme. Entre illusions et réalités.



Je lis dans la presse une certain nombres d'affirmations bien hâtives, bien approximatives et aussi fausses relativement au PLU et aux friches industrielles de notre ville.

M KLEITZ a fait de la réhabilitation des friches de la ville son cheval de bataille selon l'image de bâtisseur qu'il s'est donnée avantageusement. Faire croire que grâce au PLU , que grâce à lui tout allait enfin changer est illusoire et irresponsable. De l'ordre d'un gros, gros mensonge.
Les friches cela fait 25 ans qu'elles existent. Il est bon de rappeler que ce sont des biens privés et que le problème n'est pas la transformation d’un site industriel en un site de constructions et de services, le problème est de trouver un porteur de projet.
La ville ne peut pas financièrement acheter les terrains c'est une réalité incontournable. Et les porteurs de projets ne se bousculent pas au portillon, c'est une autre réalité tout aussi incontournable. Aucun groupe pour l’instant ne veut investir sur 25 ans. Seuls quelques secteurs géographiques en Alsace trouvent encore des promoteurs, surtout autour de Strasbourg. On peut le regretter mais c'est ainsi.

Je l’avais dit pendant la campagne, ce qui ne peut être fait aujourd’hui se fera demain, à un moment ou à un autre. C’est une question de conjoncture et non de procédure. 

Bien sûr il est très facile et rapide administrativement de changer le type de zonage, de passer de zone industrielle en zone d’habitation. Le code de l’urbanisme le permet et nous l’avons fait simplement de façon pragmatique en fonction de projets et d’opportunités. C'est une méthode que je revendique.

Dire publiquement comme le fait M KLEITZ que je n'aurais «rien fait» durant toute ma mandature est de l'ordre de la grossièreté, pire de la sottise. Sans doute aussi une façon d'essayer piteusement de dissimuler ses propres manquements et de se sortir d'un mauvais pas en public.
La population ne s'y trompe pas. Elle mesure déjà à quel point le nouveau maire n'est qu'un marchand de promesses et d'illusions.

A côté de lui je suis fier de mon bilan de 6 ans. Il est là bien visible aux yeux de tous.
- le parking Filanova a été fait
- une trame verte existe
- un nouveau cinéma existe
- un coeur de ville existe
- le théâtre municipal a été entièrement restauré

Et surtout les finances sont assainies ce qui permet d'ailleurs à la municipalité actuelle d'en profiter largement.
M KLEITZ doit bien savoir aussi que dans les années à venir les dotations de l’État vont fondre comme neige au soleil. C'est une autre réalité incontournable qu'un maire doit prendre en compte. Et qu'on ne vienne pas me raconter que c'est de la faute au gouvernement socialiste, antienne politicienne actuellement récurrente dont se sert platement M KLEITZ.

Concrètement nous avions estimé que la partie «fonctionnement» du budget de la ville allait perdre environ 600000 euros de recettes sur les prochains budgets. Ce n'est pas rien. Cela veut dire qu’il faudra faire des choix et que la liste à la Prévert que nous sert la municipalité en guise de programme est de l'ordre de l'illusion et de l'imposture.

M KLEITZ en est actuellement au stade où il promet à peu près tout à à peu près tout le monde. Il va bientôt se trouver banalement confronté au principe de réalité.
Et la chute, pour lui sera rude. Inéluctablement.

DR



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.