mardi 29 juillet 2014

Affichages et réalités




En passant l'autre jour devant l'école Freyhof j'ai découvert le panneau LIBERTE EGALITE FRATERNITE et le drapeau tricolore  rendus obligatoires sur son fronton comme sur celui de chaque école de France par la loi votée à l'unanimité du parlement sur proposition de M PEILLON.

Est-il besoin de préciser que je me réjouis d'un tel affichage et d'une telle unanimité politique rappelant les principes et les symboles qui sont les fondements de notre vivre ensemble et de notre République ?

Symboles visibles, rappels et signaux pour tous les citoyens et aussi les responsables politiques en particulier locaux dont les maires. Ils sont comme l'OEIL de La conscience de l'immense HUGO.

Je souris bien sûr en constatant qu'au même instant où  la loi obligeait les communes à procéder à cet affichage, le maire faisait disparaître en catimini les parrainages civils dont j'avais instauré la possibilité ( voir ici même mon texte du 25 juin ). 
J'ai adoré les explications données publiquement : «cela remonte à ROBESPIERRE et c'est idéologique … il y a d'autres priorités».  
Dois-je rappeler que la République  remonte elle aussi à ROBESPIERRE, qu'elle est bien elle aussi  un choix politique et idéologique? Qu'elle est même sans doute une priorité.
Dois-je expliquer que les décisions qu'un maire est amené à prendre sont AUSSI et TOUJOURS  politiques et idéologiques ? 
 Et même sans doute celles prises par un candidat «sans étiquette» qui ne fait «bien sûr pas de politique » même s'il se positionne au centre-droit, s'il a adhéré en catimini à l'UMP et s'il soutient un candidat UDI aux prochaines élections sénatoriales ?

Mais l'essentiel n'est pas là.

 Ces repères républicains renvoient explicitement à la Constitution de 1958 dont le préambule dispose 

« Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004. »

Son article premier :

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. »

Et son article 2

« L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
L'hymne national est « La Marseillaise ».
La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité. 


Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. » 

 
Sans entrer ici dans tous les détails je retiens que si notre République est bien sûr «laïque» et respectueuse de «toutes les croyances», elle est aussi«sociale». J'ai bien compris que si l'«Egalité » dont il est question ici est énoncée formellement  en termes de droit elle l'est aussi sans doute plus largement dans tous les actes politiques de la vie quotidienne toujours faits « pour le peuple ».

La Révolution française c'était avant tout  la fin des privilèges !

J'attends de l'actuelle municipalité  une politique «sociale»,« laïque » et « prioritairement et égalitairement» au service de tous et non à celui de quelques uns, qu'ils soient tiers, affidés, redevables,  lobbyistes ou groupes de pression divers… 
La municipalité aura des comptes à rendre en ces domaines. Qu' elle n'en doute pas.

Or je vois, au bout de quelques semaines à peine, déjà des indices qui posent problèmes.



DR

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.