jeudi 31 août 2017

KUENTZWILLER ?




Notre ville connaît  depuis quelques mois une évolution structurelle préoccupante.

Au delà des initiatives du maire (création dispendieuse et inutile d’un (!) poste de policier municipal, doublement du nombre d’ASVP, fonctionnaires chargés de suivre le stationnement réglementé maintenant au nombre de 4 pour quelques dizaines de places de parking et une amplitude de travail globale de moins de 50 heures hebdomadaires!) pour ne citer que les dernières, quelque chose de plus insidieux est en train de se mettre en place.
Il convient d’y être attentif.

On a appris par différents articles de presse l’aide apportée au maire KLEITZ par M Denis KUENTZ, chef d’entreprise maintenant à la retraite.

Cette aide en particulier financière apportée par ce dernier pour «son» candidat lors de la campagne électorale a été de notoriété publique, constante et conséquente. Cela est parfaitement son droit.
M KUENTZ achète en outre depuis quelques mois différents bâtiments vacants et emblématiques de la ville dont il entend, à en croire ses déclarations à la presse, faire profiter la ville.
On l’a vu ainsi acheter successivement l’ancienne sous-préfecture, le château et le parc de la MACIF, l’ancien MONOPRIX, voire l’ancienne école maternelle des remparts … pour ne citer qu’eux. Cela est là encore parfaitement son droit. 
Encore convient-il d’être bien attentif sur certaines interférences.

Pour la sous-préfecture sensée être mise à disposition des associations de la ville on attend toujours de voir et de connaître les nécessaires modalités concrètes régissant les relations entre le propriétaire, les usagers et la ville.
Pour l’ex MONOPRIX le même nouveau propriétaire entend construire une résidence pour le troisième âge avec un pôle médical. Il s’agit sans doute là d’un créneau d’investissement financièrement judicieux et rentable.

Cela appelle de ma part des remarques et des questions.

Francis KLEITZ promettait dans ses engagements de campagne de donner «un nouvel essor» à la ville, d’en développer par ses initiatives, son travail et son «carnet d’adresses» (!) ses vecteurs économiques et commerciaux. J’observe que son bilan est nul en ce domaine à mi-mandat. On peut sans doute imaginer mieux que la construction d’une résidence troisième âge pour développer le dynamisme commercial d’un centre-ville. Son carnet d’adresse miraculeux se réduit en réalité à un seul nom: Denis KUENTZ. Et à la COMCOM on me dit regretter le manque de présence et d’initiatives du vice-président chargé du développement économique … Francis KLEITZ.
En fait d’essor et de développement Francis KLEITZ, clairement, installe Guebwiller dans un statut de ville-dortoir.

M KUENTZ, lui, achète. Il se comporte en propriétaire. Quoi de plus normal pour ses biens propres sans doute. Mais qu’en est-il quand la situation est «poreuse» entre eux et leur environnement? Dit autrement un riche propriétaire a-t-il en République le droit d’imposer ses vues aux habitants de sa ville ou de son village, selon son bon plaisir ?

Quelques exemples.

- Pour la dernière édition de NOEL BLEU, celle de 2013, mon adjoint à la culture était allé démarcher différents chefs d’entreprises et solliciter leur aide financière pour l’événement. Parmi eux M KUENTZ qui avait contribué à raison de 3000 euros en précisant dans un deuxième temps qu’il «souhaitait» un spectacle plus centré sur les «valeurs traditionnelles» de Noël. J’avais dû lui faire répondre que sa subvention était une participation globale à un événement et non l’achat d’un produit selon sa guise et ses désirs. Je me proposais de lui adresser son chèque en retour si tel ne devait pas être le cas.
Et qu’on n’aille pas me dire que ce qui était vrai pour quelques 3000 euros ne le serait plus quand il s’agit de centaines de milliers d’euros!
- Les élus de la majorité du maire KLEITZ ont bataillé - on s’en rappelle - avec la dernière énergie contre le projet de construction du nouveau Centre Nautique porté par la COMCOM. Sur la prise de position et le rôle de M KUENTZ dans cette affaire je renvoie à mon analyse "La voix de son maître "
- Lui même expliquait par ailleurs directement et ingénument dans un article de presse tout à sa gloire paru il y a quelques mois, faire de la politique «à sa façon», «vouloir peser sur la marche des choses», «sans se soucier de ce que pensent les autres».
C’est bien, dans son esprit l’acheteur, le payeur qui décide, «à sa façon». On ne saurait mieux le dire.


Ce que je lis de l’actuelle politique de la ville est que derrière le spectacle des apparences qui nourrit les gazettes et dans lequel s’empêtre le maire, le vrai patron, le vrai décideur parait-être M KUENTZ, «à sa façon». Francis KLEITZ, pour le dire pudiquement, ne serait que son obligé.
GUEBWILLER est en train de se transformer insidieusement en KUENTZWILLER. Voilà la réalité de la politique municipale actuelle.

Cela est préoccupant et profondément choquant. Je le dénonce avec force.


DR

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.