jeudi 12 mai 2016

A MANN, A WORT (5)




Où il est question de promesses économiques lourdement récurrentes toujours extraites des tracts de campagne de F.KLEITZ.



« Nous revaloriserons les friches industrielles et commerciales … nous voulons redonner vie aux nombreuses friches industrielles et commerciales …  trouver les meilleurs partenaires pour réhabiliter les friches industrielles ». Quel premier bilan au bout de deux ans ? AUCUN

« Notre volonté d'entreprendre permettra de créer des emplois ». Combien d'emplois crées à ce jour ? AUCUN

« Je m'engage à relancer l'économie … en réhabilitant nos friches industrielles et commerciales… J'apporterai toutes mes compétences pour relancer l'activité économique dans la vallée de Guebwiller ». Quel premier bilan de cette relance de l'activité économique au bout de deux ans ? AUCUN

« Nous construirons une nouvelle vision urbaine ( logements, parkings, éco-quartier) qui permettra d'attirer de nouvelles activités ». Combien de nouvelles activités « attirées » au bout de deux ans ? AUCUNE.

« Notre vision pour la ville (aura ) des objectifs de performance environnementale … nous étudierons la réalisation d'un éco-quartier ». Où en est cette étude ?

BIEN AU CONTRAIRE. Chacun pourra constater que les travaux en cours rue de la République suppriment de façon quasi frénétique arbres et espaces verts au profit d'une minéralisation (enrobé, pavés, béton…) digne d'une époque révolue. C'est retour aux années 50 tout à l'opposé d'une « vision » soucieuse de la problématique environnementale. Tout comme d'ailleurs, sur un autre exemple emblématique, la pose d'enrobé sur le chemin du vignoble.

En ce domaine là également F. KLEITZ n'a pas tenu ses promesses. Je comprends bien que ce genre de choses nécessite un certain espace-temps mais point n'est besoin d'être grand clerc pour savoir qu'il sera absolument incapable de les tenir, pas plus demain qu'après demain d'ailleurs, tellement elles sont inconsidérées et irréalistes compte-tenu simplement des contraintes budgétaires de la ville. La fuite en avant financière lourde d'emprunts dans laquelle il s'est engagé les rend encore plus improbables quelles que soient les échéances…

Et je rappellerai à tous ceux auxquels cela aurait échappé tant sa discrétion est grande sur cette question, que F. KLEITZ est en charge du développement économique au sein de la COMCOM !

Le candidat KLEITZ a vendu du vent ! Il en sera de plus en plus réduit à le brasser.


DR





Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.