mercredi 23 septembre 2015

Un peu de décence mesdames et messieurs



Les élus des collectivités territoriales ont récemment manifesté leur colère lors d'une journée nationale de mobilisation  contre la baisse des dotations de l'Etat.
Sur la photo, largement diffusée sur les réseaux sociaux, on peut voir les élus guebwillerois participant à cette journée et manifestant leur colère ! 
En y regardant d'un peu plus près on remarque que ces élus là n'ont pas l'air très en colère.
Ils ont l'air plutôt contents d'eux et souriants.

Y a-t-il une explication ?
A Guebwiller, les dotations de l'Etat continuent d'augmenter (sources DGCL):
 + 386.269€ en 2013
 +   37.418€ en 2014
 +   29.735€ en 2015

Cela explique certainement les sourires.
Mais alors pourquoi manifester ?
De deux choses l'une. Soit nos élus ne savent pas que leurs dotations ont augmenté soit ils trompent les électeurs
Dans les deux cas c'est grave.

DR


 A lire aussi l'analyse suivante parue dans un récent édito « Fronde des maires et démagogie locale » du journal Le Monde.


« Certes, il se trouve bien des municipalités que cette baisse inédite de recettes va placer en difficulté. Mais le gouvernement peut, à juste titre, souligner que les dotations de l’Etat aux communes ne représentent guère plus du quart de leurs recettes totales (105 milliards d’euros en 2014). Entre 2015 et 2017, la baisse de 2 milliards par an de ces dotations pèsera donc un peu moins de 2 % des recettes annuelles des communes. 
… s’ils mettent volontiers en avant leurs dépenses « vertueuses », les maires de France sont beaucoup plus discrets sur celles qui le sont moins : réalisations de prestige, subventions un brin clientélistes et, surtout, frais de personnel. Le dernier rapport de la Cour des comptes sur les finances locales (novembre 2014) est, à cet égard, sans ambiguïté. Le développement des intercommunalités n’a pas permis, depuis une dizaine d’années, la rationalisation des moyens qui en était attendue. Bien au contraire. Les nouvelles structures intercommunales ont massivement recruté pour assurer les missions transférées par les communes, mais ces dernières ont continué à étoffer leurs effectifs comme si de rien n’était.

Taper sur l’Etat est un sport national bien connu et un réflexe commode pour masquer ses propres responsabilités. Mais il est pour le moins spécieux, de la part des élus locaux, de lui réclamer baisses d’impôts et gestion plus rigoureuse des deniers publics – ce à quoi il s’efforce – et de crier misère quand ils sont priés de faire de même. Comme la charité, les économies bien ordonnées commencent par soi-même. »

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.