mardi 23 juin 2015

A propos du Musée DECK.


Je lis avec stupeur l'article de l'Alsace consacré ce mardi au Musée DECK où on peut voir le DGS M LEVI-TOPAL et l'adjoint chargé des travaux faire la leçon et surtout montrer leur grande ignorance de ce qu'est en réalité le musée dans ses spécificités, son histoire et son développement. Je suis surpris aussi de ne pas voir apparaître dans l'exercice l'adjoint chargé de la Culture  sans doute occupé ailleurs.

M LEVI-TOPAL veut donc balayer les 30 ans d'histoire du musée, construit au fil des ans par les municipalités successives sous l'égide du conservateur Julien Schweizer le père fondateur de la collection Deck.

Je ne peux m'empêcher de percevoir chez les deux une certaine fébrilité et en tous cas une grande méconnaissance des choses. M LEVI-TOPAL arrivé il y a 4 mois, sait déjà tout, se perd en considérations interminables sur tout, et je serais bien curieux de savoir combien de fois M TOGNI a mis les pieds au Musée avant d'être élu.

Les deux savent tout. En réalité ils accumulent les heureuses généralités et étalent leur ignorance. L'étude muséographique existe, il suffit de la lire. 70000 euros pour les fenêtres, c'est faux, les devis existent. Faire un ensemble de services associés : sans doute mais à quel prix ? Avec quel personnel ? Faire appel à des professionnels de la muséographie, construire une nouvelle muséographie sans l'expertise d'un conservateur ? Mais allez donc !

En réalité tout cela n'est qu'un écran de fumée pour essayer de dissimuler la drastique réduction des horaires d'ouverture décidée en mai. Ecran de fumée aussi pour tenter de masquer l'absence actuelle d'un conservateur professionnel chargé de la gestion scientifique des collections, de faire vivre le musée, d'en assurer le développement et accessoirement de remettre en cause la label « Musée de France ».
Et ce n'est pas la constitution à partir de rien d'une association du genre « amis du musée » qui va changer les choses.
Ces messieurs ignorent sans doute que la Société d'Histoire est statutairement déjà une structure dont la vocation est de soutenir le musée.
Quant au recentrage sur la seule collection Deck je rappellerais aux deux que le musée s'appelle «Musée Théodore DECK et des pays du Florival», c'est d'ailleurs écrit sur la porte. Et cela à la demande de Julien Schweizer, qui tenait expressément à ce que figure une section relative à l'histoire locale en particulier industrielle de la ville et de la vallée. Tout comme l'exceptionnelle et unique collection de minéraux du sous-sol.

Que des travaux de rafraîchissement soient nécessaires nul ne le conteste mais pour le reste il faudrait faire preuve d'un peu moins d'amateurisme et d'un peu plus de sérieux au-delà de poncifs.

En réalité cet article n'est ni plus ni moins qu'un nouvel avatar du «système Kleitz» dont plus personne n'est dupe: des semblants d' annonces, des heureuses généralités, des perspectives irréalistes, des détails dans lesquels on se noie et qui finalement détruisent mais de projet réfléchi, construit, point.

Ou alors la rénovation et l'extension du Musée DECK seraient-elles un nouveau projet de «bâtisseur» s'ajoutant aux quelques dizaines d'autres affichés par de la municipalité ?

Ce que décrivent les deux est de l'ordre du leurre, du grand amateurisme qui si cela devait se réaliser serait de l'ordre de la destruction d'un outil d'attractivité prestigieux pour la ville.



DR


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.