mardi 21 juin 2016

Cimetière, ultime étape culturelle




Vu sur facebook ce très bon texte le l'ancien adjoint à la culture Bernard Laplagne en réaction à l'annonce des concerts dans la chapelle du Saering. Je ne peux que partager !



Oui René par rapport à ce que tu écris en rebonds à l'article où il est question  de concerts dans la chapelle du Searing :

« Ça fait loin la Chapelle du Saering, de nuit, quand on habite le centre ville , sans voiture... Et il y fait très froid en hiver... Alors que l'on a plein de sites aptes à accueillir des concerts en ville... Mais La Chapelle du Saering c'est encore un de ces coup de pub électoraux... Depuis plusieurs municipalités successives , quelques personnes évoquaient sa réouverture... Mais on a laissé tomber à chaque fois. Il y avait vraiment des choses plus prioritaires… »

Je confirme. Nous avons bien sûr nous aussi étudié l'idée de transformer la chapelle du Searing en espace de spectacles ( expos, concerts etc…). J'ai été sollicité à plusieurs reprises à ce sujet.  Cela a été l'objet d'une longue réflexion et de discussions de fond avec Denis portant à la fois sur le principe, l'opportunité et aussi la faisabilité d'un tel projet.

  Nous en sommes arrivés à la conclusion que c'était sans doute une « fausse bonne idée » et qu'en tous cas comme tu le dis « il y avait vraiment des choses plus prioritaires » en termes de politique culturelle. De toutes façons si vraiment il fallait faire quelque chose en ce sens cela devait l'être dans les règles, dans la qualité et cela nécessitait des engagements financiers au dessus de nos moyens.

Refaire, restaurer, rénover un bâtiment historique aux conditions et selon les préconisations des « Monuments Historiques » cela prend du temps et cela coûte cher.
Le jeu en valait-il la chandelle et pour quelle utilisations ? Quelques concerts de musique très pointue, quelques expos par an redondants avec ce qu'il  était possible de faire à la Cave Dîmière ou ce qui était proposé par les DHA ?

  Et puis nous avions une politique culturelle de « qualité pour tous » qui allait « au devant » de la population, en des lieux accessibles et de vie. Nous refusions catégoriquement toute initiative qui aurait pu être connotée de «narcissisme bobo». Bref c'était à nous d'aller à la rencontre de la population et non à la population de venir en l'occurence «hors les murs» et qui plus est au cimetière ! 

  Le lieu aussi : la chapelle du cimetière ce n'est déjà pas banal et ce n'est pas forcément incitateur. J'entendais déjà les ricanements… J'ajoute que c'est loin du centre comme tu le fais observer et que s'il y a un parking à proximité, le corps du bâtiment est quand même bien enchâssé dans une intersection.


  Le bâtiment est historique et mis à part un jour d'ouverture par an à l'occasion de la Toussaint il est fermé depuis des dizaines d'années avec ce que cela suppose comme crasse, poussière, humidité et éléments de vétusté. Bref rendre le lieu accueillant supposait déjà d'engager des frais assez conséquents voire encore plus si on voulait faire quelque chose qui soit susceptible d'accueillir du public dans de bonnes conditions : un lieu où il fait bon être et où on aimera  revenir. Ce qui s'appelle une politique à long terme.
J'avais même des doutes quant à l'autorisation officielle d'accueillir du public en l'état. J'imagine que M. Kleitz et Mechler ont pris toutes les garanties en ce sens devant la commission départementale de sécurité.

  Et puis quand même le lieu est réducteur en matière d'utilisations. Et si l'idée est de proposer aux Guebwillerois des concerts pointus il est beaucoup plus simple de les inciter à fréquenter les Dominicains, structure ayant fait la preuve qu'elle avait également la volonté de travailler en direction de la population locale. Concurrencer les DHA sur les creneaux qui sont les siens est absurde. Chacun à sa place, je le dis très clairement par souci de pragmatisme mais aussi  de complémentarité dans les offres culturelles. C'est gagnant-gagnant !

Et s'il faut incidemment faire quelque chose en un lieu nouveau, peu connu et central pourquoi pas ? Encore faut-il que ce soit bien cadré. Je pense au Musée Deck  bien sûr mais aussi par exemple à la synagogue.  Il faut quand même savoir que Denis a rencontré à plusieurs reprises le grand rabbin sur la question d'y organiser des concerts. Cela a pris du temps mais les portes se sont plus qu'entrouvertes avec des journées portes-ouvertes et des concerts de musique religieuse hébraïque.  Nous avions bien avancé même si sans doute trop lentement à notre goût.

Bref pour les concerts du Searing comme tu le dis, mis à part le « coup de pub », je ne vois pas sérieusement l'intérêt et les perspectives à moyens et longs termes dans le cadre d'une politique culturelle réfléchie et crédible. Il y a sans doute bien d'autres urgences et bien d'autre priorités.

On en reparlera l'année prochaine sans doute.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.