jeudi 27 octobre 2016

C' est du brutal





La « réaction » de F Kleitz à l’article paru dans la presse relativement au mécontentement des commerçants est un modèle de mauvaise foi et de manipulation qui cache mal les difficultés dans lesquelles il s’empêtre. 
A l’évidence F Kleitz a cédé. Au final c’est maintenant tout et rien et cela aurait pu être évité avec un projet cohérent et concerté. Mais ça...
L’urgence  pour lui est d’occuper l’espace médiatique pour  essayer de faire bonne figure ! Et au point où il en est d’user de très grosses ficelles pour essayer de survivre ... 

Petite explication de texte.

F Kleitz commence par admettre une réalité qu’il qualifie de « polémique » et se présente  aussitôt dans le rôle de sauveur, de Deus ex machina pour poser les choses face à l’urgence. En oubliant bien sûr qu’il en est la cause. C’est l’arrosé qui explique à l’arroseur comment tenir le tuyau !

Il continue par un gros, gros mensonge asséné avec un magnifique culot « le projet s’est construit avec les principaux acteurs concernés » en feignant d’oublier que le manque de concertation est justement LE nœud du problème, suivi d’un magnifique et tout à fait invérifiable « les différentes remarques ont été entendues ». L’énoncé est clair, est net comme une vérité d’évidence sauf que la réalité elle …

Je relève aussi que « les principaux acteurs concernés » et associés ici deviennent quelques lignes plus bas le président de l’association des commerçants. « J’ai personnellement rencontré M Kilzer, président de l’association des commerçants et, après concertation, une solution commune a été trouvée ». Magnifique langue de bois politicienne (personnellement, après concertation) et tentative de sortir d’un mauvais pas par un grand, grand classique : jouer les uns contre les autres, la légitimité contre l’illégitimité. C’est le fameux « diviser pour régner ». Et je n’entre pas ici dans la querelle de la représentativité de l’association en question. 

Extraordinaire aussi le moment où il justifie son choix par des contraintes techniques et de sécurité dans un énoncé passe-partout et interchangeable qui ne signifie absolument rien. Je pense au contraire que les contraintes techniques du nouveau site sont difficiles voire insurmontables. Cerise sur le même gâteau l’exemple des commerçants d’Obernai, taillé sur mesure et incontrôlable, qui me fait penser à une citation caviardée d’une copie de baccalauréat ! 

J’adore le passage où il se donne le beau rôle en évoquant « la » mauvaise alternative  du Parc de la Marseillaise. Autre beau et grand classique qui s’appelle manipulation puisqu’en réalité il y avait « plusieurs » alternatives.

Je raffole du vocabulaire guerrier, des phrases courtes et du mode indicatif (celui des faits réels! Mais oui !) utilisés pour montrer la détermination sans faille et inébranlable de Monsieur le maire. On aboutira  forcément à la pépite  «  La patinoire occupera donc le parvis de l’hôtel de ville » avec un « donc » qui à lui seul vaut toutes les messes.

Et encore de la rouerie dans son plus bel état : « Les arbres, qui devaient être enlevés dans le cadre du projet de réaménagement de la place de l’hôtel de ville en 2017, le seront donc par anticipation ». Superbe passage qui élude la question du bien fondé de l’abattage des arbres puisqu’il entre « donc » dans le cadre « du » projet acquis de réaménagement de la place. J’adore  l’utilisation du mot « enlèvement » en lieu et place de celui de celui d’ « abattage » pourtant approprié mais si brutal. Accessoirement on aura noté que nous sommes dans une démarche maîtrisée et par anticipation. M le maire en bon stratège sait prévoir et anticiper…

Je pourrais continuer comme cela à perte de vue tellement cette « réaction » est de l’ordre d’une grossière manipulation. L’utilisation de ce genre  de méthodes est indigne et déconsidère ceux qui s’y livrent. Elles n’ont pas leur place en particulier en politique et en général  dans une démarche de confiance. Cela s’appelle se moquer du monde. 

Même la formule finale sensée être de l’ordre de souhaits personnels, chaleureux, authentiques est plate et banale. Comme le reste, elle sonne faux ! 


Comme le whisky frelaté des « Tontons flingueurs » c’est du brutal et du grossier !

DR





Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.